Gymnase René Caillié

Le gymnase du lycée d’enseignement professionnel René Caillié est un monolithe de béton brun échoué sur la rive de l’Huveaune, modeste fleuve marseillais qui serpente dans la seule vallée qui décongestionne la ville vers l’Est. Il s’inscrit en contrebas de l’autoroute A50 reliant Marseille à Toulon, dans un paysage façonné par le développement économique et industriel d’après-guerre rappelant les décors pleins de promesses non tenues des romans de J.G. Ballard. L’édifice n’a d’autres prétentions que de révéler l’étrangeté de sa situation. Voisin d’une bastide en ruine vouée à la démolition et dont le volume aurait pu accueillir le programme, il en reprend en hommage les proportions. Le plissé de ses façades prolonge les vibrations de la ripisylve environnante et les grands chiens assis posés en toiture s’inscrivent dans le profil des grands toits industriels surmontés de sheds environnants, comme quatre gamins assis sur un mur qui regarderaient passer les voitures.

Maître d'OuvrageRégion Sud
Livraison2005
Catégorie, ,
La bastide existante
Coupe transversale



Christophe Flachaire, architecte associé

Lieu
Marseille, Bouches-du-Rhône, France

Dates
Études 2003 – Chantier 2005

Programme
Gymnase, aires sportives extérieures

Surfaces
922 m2 de surface de plancher, 1590 m2 d’espaces extérieurs

Coût des travaux
1 056 000,00 € H.T.

Crédits photos
Jean-Michel Landecy & AT